Déclaration de Sylvia Barthélémy : « Je me retire des Municipales, je n’ai pas à servir de variable d’ajustement »

29 mai 2020

Au terme d’un mandat à la tête du pays d’Aubagne et de l’Etoile durant lequel j’ai mis toute mon énergie à rassembler les maires, à soutenir le développement de nos communes, à faire avancer leurs projets utiles à la population, à consolider le sentiment d’appartenance à un territoire géographique riche de son histoire et de ses spécificités afin qu’il ne soit pas dilué dans la Métropole , tout en bannissant de mes méthodes tout favoritisme injuste lié à la couleur politique, j’ai résolu en octobre 2019, de présenter ma candidature à l’élection municipale d’Aubagne.

Forte de la richesse que j’avais retirée de ce mandat, j’ai eu la conviction qu’Aubagne aurait tout à gagner d’une gestion plus consensuelle, plus fédératrice, plus apaisée parce que plus respectueuse de sa diversité.

J’ai déploré, alors que nous avions été élus en triangulaire avec 47% des voix, que G Gazay ait cru que tout lui était permis et qu’Aubagne lui avait donné un blanc-seing. Il s’est lancé dans une chasse aux sorcières contre tout ce qui pouvait rester de l’ « ancien régime », ravivant ainsi une gauche que la défaite de 2014 avait pourtant assommée. Sa gestion a occasionné beaucoup de tensions, de manifestations, d’envahissement du conseil municipal. Pour moi un maire doit être avant tout fédérateur, pas un agitateur. Et reconnaissons-le, ses promesses de campagnes n’ont pas été tenues.

Alors, j’ai constitué autour de moi une nouvelle équipe, une liste de colistiers , intelligents et motivés, représentatifs de la diversité aubagnaise dans leurs sensibilités. Chacun d’entre eux pouvait apporter sa pierre à l’édifice. Une pierre n’est qu’une pierre mais c’est avec des pierres que l’on construit des cathédrales. Je suis fière des hommes et des femmes qui m’ont accompagnée dans cette formidable aventure humaine et dans ce combat, noble et difficile, refusant les carcans politiques et promouvant les valeurs humanistes qui ont toujours guidé mon action.

Ensemble, nous avons imaginé pour les Aubagnais un programme novateur et ambitieux. Le meilleur d’entre tous. Et parfaitement adapté à l’avenir à reconstruire après la pandémie du Covid19, avec une large place consacrée à la nature, à l’autosuffisance alimentaire, aux circuits courts, à notre hôpital, à la reconstruction de notre centre -ville, à l’attention portée aux plus fragiles. J’espère que le futur Maire pourra s’en inspirer.

Malheureusement, dans le contexte anxiogène de la pandémie qui a marqué le 1er tour, ce qui a engendré un taux de participation extrêmement faible, nos propositions n’ont pas trouvé l’écho que nous espérions. Nous sommes arrivés en 3ème position.

Le scrutin du 2ème tour a été fixé au 28 juin

Ce scrutin du 28 juin se déroulera dans une éclatante et injuste rupture d’égalité entre les candidats, sans vraiment de campagne électorale. Il fera l’objet, sur le plan national de multiples recours, à n’en pas douter.

Mais, après la rupture liée à la longue période de confinement, j’ai décidé de consulter mes colistiers et de leur poser la question : devons-nous vraiment, dans ces conditions, participer à ce second tour ?

Avons-nous la moindre chance d’inverser les résultats si les cartes ne sont pas rebattues et s’il ne s’ouvre pas une nouvelle période de vraie campagne ?

Devons- nous servir de variable d’ajustement entre deux candidats mieux placés que nous ?

La réponse a été claire : non, ce n’est pas notre ambition

Notre score du 1er tour, à 11,76%, même s’il nous permet un maintien pour le second tour, a éloigné de nous une possible victoire. Mais bien plus, il ne peut nous faire espérer une représentation équitable de toutes les sensibilités de notre liste au sein du conseil municipal.

C’était de sa diversité que notre liste était riche. C’était sa force et sa raison d’être.

En accord avec la majorité de mes colistiers, je retire donc notre liste et nous ne serons pas présents au second tour.

Je regrette sincèrement qu’Aubagne se trouve de nouveau enfermée dans un clivage politique désespérément classique droite /gauche.

Personne n’est propriétaire de ses voix. Aussi, je ne laisse aucune consigne de vote ni à mes électeurs ni à mes colistiers auxquels je rends leur liberté d’action.

J’adresse ma profonde reconnaissance à toutes celles et ceux qui nous ont fait confiance, sont allés voter pour nous, ont tracté, affiché, ont tenu les bureaux de vote, ont dépouillé les enveloppes.

Je me retire du combat municipal avec l’esprit apaisé d’avoir tout tenté et à plusieurs reprises, pour offrir à ma ville ce que je pouvais lui donner : ma capacité de travail, l’ouverture d’esprit, l’envie de bâtir, la bienveillance et le respect de tous.
Le mouvement que j’ai initié ne disparaitra pas : un bon nombre des candidats de ma liste se regrouperont pour pouvoir agir dans l’avenir au cœur de la vie municipale. Ils n’ont aucune envie de se quitter ni d’abandonner l’idéal qu’ils ont construit avec moi. Je les accompagnerai et les aiderai.

En ce qui me concerne j’ai eu le bonheur d’accomplir un mandat fédérateur à la tête du Territoire. Je suis fière d’avoir pu sauver la gratuité des Transports qui était grandement compromise , je suis fière d’avoir fait de ce conseil de territoire, qui aurait pu être un champ de mines, un lieu de consensus et d’entente entre les communes malgré la diversité de leur couleur politique. Je remercie mon fidèle ami et VP Président Alain Gregoire qui a occupé pleinement ses fonctions en m’assistant au quotidien, je remercie les maires, dont certains n’avaient pourtant pas voté pour moi, d’avoir salué mon action à ce poste et de m’avoir exprimé leur amitié et leur reconnaissance. Et je souhaite que la personne qui me succèdera à la Présidence veille à cette même entente, au maintien d’une politique métropolitaine territorialisée, qu’elle fasse preuve de sa capacité à construire sans détruire, à proposer sans diviser, qu’elle respecte celles et ceux qui ont travaillé à mes côtés comme j’ai respecté celles et ceux qui avaient travaillé avec l’ancienne majorité, qu’elle respecte ce qu’ensemble, nous avons créé :

  • le PLU-I,
  • la Ressourcerie,
  • les Musicales de la Font de Mai,
  • l’espace de restauration Argilla,
  • l’espace de la confluence d’Auriol ( qui m’a valu la médaille de la ville d’Auriol)

pour donner quelques exemples, sans compter le futur refuge animalier qui est en bonne voie mais qui n’est pas encore construit, mais aussi qu’elle continue à soutenir ce que j’ai soutenu :

  • le développement de notre SEM /SPL Façonéo,
  • celui de l’Eau des Collines,
  • l’extension de l’activité évènementielle de la SEM AGORA ,
  • l’internationalisation de la biennale ARGILLA .

Je reste avec le profond regret de ne pas avoir pu faire avancer certains dossiers vitaux comme celui du Val’tram en raison de l’hostilité incompréhensible du maire d’Aubagne. Il serait déjà réalisé à cette heure s’il n’y avait pas fait barrage ou serait tellement avancé que la Métropole ne pourrait que l’achever, malgré les difficultés financières auxquelles elle va devoir faire face. Si Gérard Gazay a volontiers partagé la victoire, il n’a jamais supporté de partager le pouvoir, n’a jamais accepté de soutenir des projets qui ne venaient pas de lui sauf quand il pouvait s’en approprier la paternité et il a entretenu avec moi des liens délibérément conflictuels, comme avec beaucoup d’autres d’ailleurs.

Mon seul souhait est qu’AUBAGNE puisse avoir demain à ses côtés une équipe qui a réfléchi, une équipe municipale intelligente, capable de la soutenir, de l’écouter, de lui venir en aide et de la guider dans les temps difficiles qui s’annoncent.

Proposer une idée Pour Aubagne !

Votre avis et vos contributions sont essentielles. Un projet partagé par tous est un projet élaboré ensemble !
Share This